Suivez-moi :

Les meilleurs films de novembre

Les meilleurs films de novembre.

VOS FILMS ET VOS SERIES DE LA SEMAINE

Qu’allez-vous regarder en novembre ?

 

 

Les news films et séries

Les Français délaissent les sorties culturelles depuis la crise sanitaire

54% des personnes interrogées disent avoir craint les lieux très fréquentés à cause du risque d’attraper le virus du Covid‑19 et/ou de le transmettre (20% oui tout à fait, 34% oui, plutôt).

Hyperion : Bradley Cooper surfe sur la vague Dune et relance l’adaptation du roman de SF culte.

Oppenheimer : le casting du prochain film de Christopher Nolan s’annonce de plus en plus dingueadaptation du livre American Prometheus: The Triumph and Tragedy of J. Robert Oppenheimer écrit par Kai Bird et Martin J. Sherwin, récompensé d’un Pulitzer.

 

Les festivals

Le Hawai’i International Film Festival (HIFF) du 4 au 28 novembre s’efforce de reconnaître les talents nouveaux et émergents, de promouvoir le développement de carrière et les collaborations originales par le biais de programmes éducatifs innovants, et de faciliter les échanges culturels dynamiques par le biais des arts cinématographiques.

 

 

ALL YOU WANT TO KNOW ABOUT CURRENT FILMS & SERIES

AU CINÉMA ET À LA MAISON

1. CRITIQUES

 

The French Dispatch, de Wes Anderson

Scénario : Wes Anderson, d’après une histoire de Wes Anderson, Roman Coppola, Jason Schwartzman et Hugo Guinness.

 

Synopsis

Le journal américain The Evening Sun de Liberty, Kansas possède une antenne nommée The French Dispatch à Ennui-sur-Blasé, une ville française fictive évoquant Paris dans les années 1950-60.

Arthur Howitzer Jr., le rédacteur en chef du French Dispatch, meurt subitement d’une crise cardiaque.

Selon les souhaits exprimés dans son testament, la publication du journal est immédiatement suspendue après un dernier numéro d’adieu, dans lequel trois articles des éditions précédentes du journal sont republiés, ainsi qu’une nécrologie.

 

Le film

Wes Anderson compose ses films comme un peintre. Dans chacun d’entre eux, on y trouve de nombreuses couches.

The French Dispatch ne déroge pas à la règle. Son dixième film est une oeuvre totale, à la fois tableau, livre et film, la meilleure à mon sens. 

Wes Anderson mélange les genres (animation, images réelles et théâtre) et nous raconte  trois histoires, leur point commun étant la liberté et l’amour. 

Il réalise un hommage à la France (cuisine, mai 68, liberté, amour et différence d’âge) et à la presse, nous met en garde contre les dérives de la police, nous parle d’armée, de peine de mort, histoires d’amour impossibles et de création, tout en restant fidèle à son amour de l’esthétique et de la peinture.

Dans cet hommage rendu à la liberté de la presse et à la liberté,  comme chacun de ses films, The French Dispatch est découpé en chapitres,. Une voix off est présente tout le long du film cette fois, comme si elle était celle du lecteur ou de la lectrice. Lorsque les personnages s’expriment, ils ont tous ou presque la même diction. 

 

Les chapitres

Le premier chapitre porte sur Moses Rosenthaler. Moses Rosenthaler,  joué par Benicio del Toro, est un détenu psychopathe qui se révèle être un grand artiste peintre et il tombe amoureux de Simone, sa gardienne, jouée par Léa Seydoux. Wes Anderson, nous parle d’amour, d’art contemporain (Tilda Swinton et Adrien Brody, géniaux), de liberté, de violence et de  …peine de mort, dans une alternance de noir et blanc et couleurs saturées.

Le second chapitre porte sur les évènements de Mai 68.

Il est bien entendu question de liberté mais aussi d’amour et de différence d’âge, celle entre Zeffirelli (Timothée Chalamet) et Fabian (Frances McDormand). Est-ce un clin d’oeil déguisé au président et sa compagne ? Cette histoire dénonce la guerre, le service militaire et met en avant l’amour, l’engagement politique et les échecs, symbole (souvent utilisé par les personnages de Wes Anderson) de la réflexion avant l’action. 

 

Dans le troisième chapitre, il est question de roman. Un homme récite le roman qu’il a écrit: il s’agit d’une histoire d’amour filial, de cuisine et de liberté avec Mathieu Amalric joue le rôle du commissaire dont le fils est kidnappé (référence à Moonrise Kingdom avec Edward Norton dans un rôle similaire), un acteur qui colle (comme tous ses acteurs récurrents) bien à l’univers fantasque de Wes Anderson. Car cette histoire concerne les enfants et les enfants aiment les films d’animation. 

Ce registre renforce l’histoire de kidnapping, et met en avant la liberté (le prisonnier oublié joué par Willem Dafoe) la paternité et l’amour de la bonne cuisine (et du poison utilisé en France pour assassiner à la Cour, du temps de la royauté ). 

 

Les références

Ce film ressemble à bien des égards à Rushmore (l’inspiration, l’amour, la différence d’âge, la mort) et surtout la liberté. Le théâtre est également présent.

The French Dispatch est-il l’épilogue de tous ses films ? Tous les personnages y sont ou presque…

Wes Anderson va -t-il entamer  une nouvelle période avec de nouveaux acteurs ?

Le réalisateur mélange images réelles et animation, noir et blanc et couleur, avec par moment l’ajout de couleurs pastels, et crée une esthétique sublime marquée par sa façon unique d’utiliser la couleur, l’architecture et le parallélisme, à la frontière entre la photographie, la peinture et le cinéma.

Bien entendu le casting est titanesque et en même temps léger. Beaucoup d’acteurs ont de petits rôles mais ils sont tous au sommet de leur art. La narration compte avant tout.

Comme le peintre Moses, qui sait peindre un moineau parfait, Wes Anderson aurait pu faire un film « facile », à Oscar. Mais il a choisi de réaliser un film complexe et beau sur une thématique essentielle aujourd’hui, la liberté. 

 

The French Dispatch passe en ce moment au cinéma. Je n’ai qu’un mot à vous dire: foncez !

Casting

Christoph Waltz, Elisabeth Moss,  Willem Dafoe, Benicio del Toro, Frances McDormand, Jason Schwartzman, Owen Wilson, Lyna Khoudri, Timothée Chalamet, Tilda Swinton, Adrien Brod,y Hippolyte Girardot, Guillaume Gallienne, Cécile de France, Bill Murray, Steve Park.

 

En ce moment au cinéma.

 

For further information :

https://www.arte.tv/fr/videos/077140-025-A/blow-up-top-5-musical-wes-anderson/

https://www.arte.tv/fr/videos/077140-024-A/blow-up-c-est-quoi-bill-murray/

https://www.arte.tv/fr/videos/072401-021-A/blow-up-les-generiques-de-wes-anderson/

https://www.arte.tv/fr/videos/072401-021-A/blow-up-les-generiques-de-wes-anderson/

 

 

Las ninas de Pilar Palomero

Synopsis

1992. Celia est une jeune fille de 11 ans qui vit avec sa mère à Saragosse et étudie dans un collège pour filles dirigé par des bonnes sœurs. Brisa, une nouvelle camarade arrivant de Barcelone, l’entraîne vers une nouvelle étape de sa vie : l’adolescence. 

 

Le film

Pilar Palomero nous plonge dans une époque et un monde rarement filmés au cinéma, celui de la pré-adolescence. Célia est inscrite dans une école religieuse où il n’y a que des filles. 

Déjà, l’éducation les formate pour que, plus tard, ces filles qui deviendront des femmes, se conforment à une société rigide, héritée de Franco et du catholicisme où les femmes n’obtiennent le respect et la légitimité que lorsqu’elles se marient. 

L’histoire se passe dans l’Espagne de l’Exposition Universelle et des Jeux olympiques de 1992, alors que, comme Célia,  le pays s’ouvre au monde. 

Brisa, orpheline, et nouvelle élève en provenance de Barcelone, apporte à Célia une chose essentielle alors que sa vie est faite de silences, de prières et de rares mots échangés avec sa mère, la musique. 

La musique symbolise la gaieté, la rebellion, la liberté.

 

Le silence et l’absence

Le passé de Célia est tu. Il pourtant présent tout le long du film dans les regards, les silences entre les mots échangés et les pleurs.

La relation de Célia avec sa mère, marquée par le secret, alors que Célia grandit et se cherche est magnifiquement racontée par la réalisatrice. Le lien mère-fille, seules, mises à l’écart de la famille et de la société, en raison de l’absence de l’homme, le mari et père ici, est renforcé. La femme n’a pas d’argent, travaille dur et ne peut offrir qu’une chose à sa fille, l’éducation. L’éducation est la clé pour avoir la liberté de ne dépendre de personne.

Alors que l’on ne voit pas d’homme dans le film, il est pourtant présent par l’absence. L’homme symbolise à la fois la seule voie possible pour les femmes et le mal par la sexualité, car le seul homme possible, sans tâche, est Jésus.  

Las niñas est un très beau film qui dénonce le poids du système patriarcal dans nos sociétés, mais en même temps, donne de l’espoir grâce à la liberté acquise par l’éducation. 

Les actrices sont extraordinaires.

35e cérémonie des Goyas :4 Goyas:  meilleure actrice dans un second rôle pour Natalia de Molina, meilleur montage, meilleure chanson originale, meilleure direction artistique, meilleurs costumes

Avec Andrea Fandos, Natalia de Molina, Zoé Arnao, Julia Sierra.

 

En ce moment au cinéma.

 

 

My Son, de Christian Carion

Synopsis

Edmond Murray, divorcé, s’est éloigné de son ex-femme et de son fils de 7 ans pour poursuivre une carrière internationale. Lorsque le garçon disparaît, Murray revient précipitamment dans les Highlands. Rapidement, il devient clair que l’enfant a été kidnappé. Les parents cèdent d’abord au désespoir, mais Murray va très vite se montrer prêt à tout pour retrouver son fils.

 

Le film

Le film réalisé par le Français Christian Carion (Une hirondelle a fait le printemps, Joyeux Noël) sort aujourd’hui en salle.  Il est un remake en langue anglaise de son propre long-métrage, « Mon garçon », sorti en 2012 avec Guillaume Canet et Mélanie Laurent.

My Son est un film sur la paternité.

James McAvoy (X-Men), joue Edmond, un père absent, en colère contre lui-même et les autres parce qu’il ne s’est pas occupé de son fils. Le kidnapping de son fils va révéler en lui une force insoupçonnée, un instinct de protection quasi animal et lui permettre une forme de rédemption.

La mère jouée, par Claire Foy (The Crown), méconnaissable dans ce rôle, est dévastée mais, avec son ex-mari, le suivra corps et âme afin de retrouver leur fils.

Si le scénario est un peu bancal, le personnage du père torturé filmé dans des paysages aussi tristes et vastes que leur douleur donnent à ce film atmosphère particulière, entre thriller et film intimiste, sur les états d’âme d’un père, perdu entre la culpabilité, le chagrin et la colère.

 

Aujourd’hui au cinéma.

 

 

 

Impeachment American Crime Story, de Ryan Murphy

Synopsis

Impeachment : American Crime Story examine la crise nationale qui a conduit à la première mise en accusation d’un président américain depuis plus d’un siècle, à travers les yeux des femmes au centre des événements : Monica Lewinsky, Linda Tripp et Paula Jones.

Toutes trois ont été propulsées sous les feux de la rampe à une époque de rancœur partisane corrosive, d’évolution de la politique sexuelle et de changement du paysage médiatique.

La série

American Crime Story est une série télévisée d’anthologie américaine, développée par Scott Alexander et Larry Karaszewski 

Chaque saison retranscrit, avec la plus grande fidélité possible, une affaire criminelle contemporaine ayant défrayé la chronique aux États-Unis au cours des dernières décennies et impliqué des personnalités de premier plan

Les trois volets d’American Crime Story sont considérés comme des séries historiques – retraçant des faits réels, et non « inspirées de faits réels » – ou encore comme des docu-fictions.

La première saison, composée de 10 épisodes, se penche sur le procès de O. J. Simpson, célèbre joueur de football américain, accusé du double homicide de son ex-femme Nicole Brown Simpson et de l’amant de celle-ci, Ronald Goldman. 

Le procès du siècle est dès lors sur le point de commencer, alors que deux équipes s’affrontent : la procureure Marcia Clark, convaincue de la culpabilité de la star, contre une redoutable équipe d’avocats menée par Johnnie Cochran Jr et Robert Shapiro, secondé par l’ami d’O.J., Robert Kardashian, bien décidés à faire de ce procès une affaire de racisme et de conspiration.

La saison se base sur le livre de Jeffrey Toobin, The Run of His Life: The People v. O. J. Simpson.

 

La deuxième saison se concentre sur la vie d’Andrew Cunanan, tueur en série connu pour avoir abattu le couturier italien Gianni Versace en 1997, à Miami, devant son domicile. La saison montre les parcours croisés des deux hommes.

 

La troisième saison

Enfin la troisième saison, se concentre sur l’affaire Monica Lewinsky et l’ancien président des États-Unis Bill Clinton.

Pendant dix épisodes, nous suivons, du point de vue de Monica Lewinsky, Linda Tripp et Paula Jones, l’histoire des États-Unis sous Bill Clinton.

Plus que le côté scabreux sur lequel les médias se sont focalisés, c’est avant l‘histoire d’une jeune femme, Monica, trahie, qui s’est confiée à Linda Tripp qu’elle pensait être son amie sur l’amour qu’elle portait au président.

Il s’est avéré que Linda Tripp, écartée de la Maison Blanche par Bill Clinton,  enregistrait leurs conversations téléphoniques et les a livrées aux ennemis des démocrates qui rêvaient de destituer Bill Clinton, composés de la droite et de l’extrême-droite incarnée par le juge Kenneth Starr qui a abouti à la procédure d’impeachment du président Clinton non validée par le Sénat.

Sarah Paulson, que j’avais récemment vue dans Ratched sur Netflix et qui interprète le rôle de Linda Tripp est encore une fois sensationnelle. Beanie Feldstein, en Monica Monica Lewinsky est criante de vérité. Elle a d’ailleurs contribuer à la production de la série. Clive Owen interprète d’une façon magistrale le rôle de Bill Clinton. Sa femme, Hillary est jouée par Edie Falco.

Ces femmes sont toutes victimes d’un système politique qui les broie à tous les niveaux.

Il s’en est fallu de peu qu’Hillary Clinton prenne sa revanche.

 

En ce moment sur Canal Plus. Dix épisodes.

 

2. MES CONSEILS  CINÉMA

 

Dès le 3 novembre, en salle:

 

Many Saints of Newark L’ascension de Tony Soprano, de Alan Taylor

 

Les Olympiades, de Jacques Audiard

Il s’agit d’une adaptation de la série de bandes dessinées Les Intrus d’Adrian Tomine par Céline Sciamma et Léa Mysius.

Avec Makita Samba, Lucie Zhang, Jehnny Bethf, Noémie Merlant

Paris 13e, quartier des Olympiades. Émilie rencontre Camille, qui est attirée par Nora qui elle-même croise le chemin d’Amber. Trois filles et un garçon. Ils sont amis, parfois amants, souvent les deux.

 

 

Burning Casablanca, de Ismaël El Iraki

Avec Khansa Batma, Ahmed Hammoud, Said Bey…

Rock star déchue, Larsen Snake revient dans sa Casablanca natale où il fait la rencontre explosive de Rajae, une fille de la rue à la voix d’or. Ils écument les nuits de la ville et tombent éperdument amoureux. Mais leur passion est vite rattrapée par leur passé, et le couple sauvage prend la route du désert pour échapper à ses démons.

 

 

Les Eternels, de Chloé Zhao

Avec Gemma Chan, Richard Madden, Salma Hayek…

Lorsque les Déviants, des créatures monstrueuses que l’on croyait disparues depuis longtemps, réapparaissent mystérieusement, les Éternels sont à nouveau obligés de se réunir pour défendre l’humanité…

 

 

Albatros de Xavier Beauvois

Avec Jérémie Renier, Marie-Julie Maille, Victor Belmondo.

Laurent, un commandant de brigade de la gendarmerie d’Etretat, aime son métier malgré une confrontation quotidienne avec la misère sociale. En voulant sauver un agriculteur qui menace de se suicider, il le tue. Sa vie va alors basculer.

 

 

Plus tard (et on a hâte !)

House of Gucci, de Ridley Scott, dès le 24 novembre

 

Cry Macho, de CLINT EASTWOOD, en salle dès le 10 novembre.

 

 

Batman, de Matt Reeves. Avec Robert Pattinson et Zoe Kravitz.

 

 

Sos fantôme L’Héritage, de Jason Reitman

Avec Paul Rudd, Carrie Coon, Mckenna Grace, Finn Wolfhard, Bill Murray, Sigourney Weaver, Dan Aykroyd.

 

 

Une jeune fille qui va bien, premier film réalisé par Sandrine Kiberlain, avec Rebecca Marder, Anthony Bajon, Sandrine Kiberlain

 

L’événement, de Audrey Diwan

 

Licorice Pizza,  le 26 novembre, de Paul Thomas Anderson.

Dans la vallée de San Fernando dans les années 1970, divers personnages se croisent : un lycéen jeune acteur à succès (Cooper Hoffman), le politicien Joel Wachs candidat aux élections (Benny Safdie) ainsi qu’un producteur et cinéaste de la vieille école (Bradley Cooper).

 

 

Lightyear, de Angus MacLane. (2022)

 

 

King Richard  (1er décembre), story of Venus and Serena Williams, de Reinaldo Marcus Green

Avec Will Smith,  Saniyya Sidney et Demi Singleton

 Sur  HBO Max*le 19 novembre.

 

 

Landscapers, de Ed Sinclair, avec Olivia Colman et David Thewlis, dès le 6 décembre sur HBO.

 

 

Moonfall, de Roland Emmerich.

 

 

3.  

CONSEILS DES PROFESSIONNELS

SCÉNARISTES, RÉALISATRICES, ACTRICES, COMPOSITRICES, AUTEURES…

 

“The French Dispatch,” Reviewed: Wes Anderson’s Most Freewheeling Film | The New Yorker

Advice From Pro Screenwriters on Pitching  by Scott Myers

Find Your Writer’s Voice. I hear this a lot in conversations with…by Scott Myers 

Is My Screenplay Big Enough to Be a Movie?  by Scott Myers 

Movie Story Type: Ticking Clock. There are genres (e.g., Action, Comedy… by Scott Myers 

Six Scene Settings to Avoid. In screenwriting, it’s all about…  by Richard Walter

What makes a movie a big budget and a small budget? | by Scott Myers

 

4.

VOS PROGRAMMES TV EN SOIRÉE

Les meilleurs films de novembre et vos séries

                      meilleurs films de novembre meilleurs films de novembre meilleurs films de novembre  meilleurs films de novembre

 

 

Mercredi- Wednesday

France 2 : Germinal

Arte : L’amour est un crime parfait de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu

 

Jeudi – Thursday

Arte : Anna de Niccolò Ammaniti

Dans un monde ravagé par une épidémie, une jeune fille obstinée se lance à la recherche de son frère, victime d’un enlèvement… Après « Il miracolo », Niccolò Ammaniti adapte son roman « Anna ». Au-delà de ses résonances avec l’actualité, cette série est un voyage initiatique, à la fois sombre et poétique, où la lutte pour la survie côtoie l’espoir. 

TMC: Ant  Man

Canal Plus : American crime story: impeachment

 

Vendredi – Friday

Canal Plus: J’accuse

Arte : Doutes de François Hanss

 

Samedi – Saturday

Arte :Histoire de la mer du Nord de Martin Papirowski

 

Dimanche – Sunday

France 2 : Men in Black

Arte : Apocalypse Now Final Cut de Francis Ford Coppola

 

Lundi – Monday

TMC: Wonder Woman

Arte : Présumé innocent de Alan J. Pakula 

Un juriste réputé est accusé du meurtre de son ex-maîtresse. Est-il la victime d’une machination ou un monstre froid et rusé ? Interprété par l’impeccable Harrison Ford et orchestré par Alan J. Pakula, un film à l’habile suspense, qui tient le spectateur en haleine jusqu’au coup de théâtre final.

 

Mardi – Tuesday 

Arte : Le saumon, un bon filon 

C8:  Le fils du désert 

TFX : The Holiday NRJ: The Town

 

Mercredi- Wednesday

Canal Plus: Nightmare Island 

Arte : Jimmy’s Hall de Ken Loach

 

5.

VOS PLATEFORMES

Les meilleurs films de novembre et vos séries

ARTE 

meilleurs films de novembre

FILM

Dogman de Matteo Garrone : en ce moment

Par loyauté et faiblesse, un toiletteur pour chiens sous l’emprise d’un ami caïd perd tout… Une fable cruelle et incisive sur la perte d’humanité dans un monde en déshérence, par Matteo Garrone, le réalisateur de « Gomorra ».

Parole-donnee film dramatique brésilien réalisé par Anselmo Duarte, sorti en 1962, et adapté de la pièce éponyme de Alfredo Dias Gomes.

La-maison-de-la-rue-en-pente

L’existence d’une mère de famille sans histoire est bouleversée par son rôle de jurée, lors d’un procès pour infanticide qui change radicalement sa vision de la maternité. Une série japonaise aussi dure que poignante, éclairant les angles morts d’une société patriarcale corsetée par les conventions.

SÉRIE

Inside-no-9

Un sommet d’humour noir, chaque épisode ayant sa propre intrigue mais toujours marqué par la présence du chiffre 9… Inédite en France, une série acide comme un afternoon tea qui aurait mal tourné, récompensée d’une bordée de prix et qui a fait un carton d’audience au Royaume-Uni.

 

DOCUMENTAIRE

Née-a-auschwitz de Eszter Cseke

À/restituer de Nora Philippe: l’Afrique et ses oeuvres d’art

L’identite-juive-au-miroir-de-l-art de Marina Farschid

Diana Ross suprême diva

Kreatur: le magazine des combats féministes

Santé : les femmes sont-elles discriminées ?

Claudia Cardinale de Emmanuelle Nobecourt

 

La Cinémathèque Française

 

Programme de John Sayles

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

sur NETFLIX

 

La princesse de Chicago, de Mike Rohl, le 18 novembre

 

Hellbound, de Yeon Sang-ho, le 19 novembre

 

Red Notice, de Rawson Marshall Thurber.

Dwayne Johnson, Ryan Reynolds, et Gal Gadot, le 12 novembre

 

Bruised, de et avec Halle Berry , le 24 novembre.

Jackie Justice (Halle Berry) est une combattante d’arts martiaux mixtes qui a quitté le sport en disgrâce.

Alors qu’elle n’a pas de chance et que la rage et le regret couvent des années après son dernier combat, son manager et petit ami Desi (Adan Canto) l’incite à participer à un combat clandestin brutal et attire l’attention d’un promoteur de ligue de combat (Shamier Anderson) qui promet à Jackie un retour dans l’octogone.

Mais le chemin de la rédemption devient étonnamment personnel lorsque Manny (Danny Boyd Jr.), le fils qu’elle a abandonné alors qu’il était bébé, se présente sur le pas de sa porte.

BRUISED marque les débuts de la réalisatrice Halle Berry, lauréate d’un Oscar, et met également en vedette Adriane Lenox, Sheila Atim, Valentina Shevchenko et Stephen McKinley Henderson

 

Dès le 24 novembre: RobinRobin

A boy called Christmas, de Gil Kenan, dès le 24 novembre

Ozark, la saison 4

 

Stranger Things, la saison 4

 

Emily in Paris saison 2, en décembre

 

Cowboy Bebop, le 19 novembre

 

The Lost Daughter, le 31 décembre

Réalisé et écrit par Maggie Gyllenhaal, le film est interprété par Olivia Colman, Jessie Buckley, Dakota Johnson, Ed Harris, Peter Sarsgaard, Dagmara Dominczyk et Paul Mescal.

 

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

sur Prime Video

 

Orelsan, Montre jamais ça à personne, en ce moment.

 

 

A hero, de Asghar Farhadi

 

 

The wheel of the time, inspiré des romans de l’écrivain américain Robert Jordan.

Créée par Rafe Judkins avec Rosamund Pike. Dès le 19 novembre.

La Roue du Temps suit Moiraine, un membre de la puissante organisation féminine de channelers (détentrices de magie) appelée Aes Sedai, qui prend un groupe de cinq jeunes originaire d’un petit village à la suite d’une attaque des forces du Ténébreux, une entité maléfique malveillante qui cherche à détruire la Trame (existence).

Parmi ces cinq, elle pense que l’un pourrait être la réincarnation du Dragon, un héros ancien et un puissant channeler qui est prophétisé pour sauver le monde ou le détruire.

 

 

The Electrical Life of Louis Wain, le 5 novembre. De Will Sharpe, d’après l’histoire écrite par Simon Stephenson, et le scénario de Stephenson & Sharpe.

Avec Benedict Cumberbatch, Claire Foy, Andrea Riseborough, Sharon Rooney et Toby Jones.

Le film raconte la vie de l’artiste Louis Wain.

 

 

Being the Ricardos, de Aaron Sorkin, avec Nicole Kidman et Javier Bardem et JK Simmons, le 21 décembre.

Lucille Ball (Nicole Kidman) et Desi Arnaz (Javier Bardem) sont menacés par des accusations personnelles choquantes, un dénigrement politique et des tabous culturels.

Un aperçu révélateur de la relation romantique et professionnelle complexe du couple, le film emmène les spectateurs dans la salle des auteurs, sur les plateaux de tournage et derrière les portes closes avec Ball et Arnaz pendant une semaine de production critique de leur sitcom révolutionnaire « I Love Lucy ».

 

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

sur CANAL +

 

The dead don’t die, de Jim Jarmush, en ce moment

 

J’accuse,  de Roman Polanski, en ce moment.

My Salinger year, en ce moment, de Philippe Falardeau

Avec Margaret Qualley, Sigourney Weaver et Douglas Booth.

New York dans les années 90 : Après avoir abandonné ses études supérieures pour poursuivre son rêve de devenir écrivain, Joanna (Margaret Qualley) est engagée comme assistante de Margaret (Sigourney Weaver), l’agent littéraire stoïque et vieux jeu de J. D. Salinger.

Oscillant entre la pauvreté et le glamour, elle passe ses journées dans un bureau cossu et lambrissé – et ses nuits dans un appartement sans lavabo de Brooklyn avec son petit ami socialiste.

La tâche principale de Joanna est de traiter le volumineux courrier des fans de Salinger, mais à la lecture des lettres déchirantes provenant du monde entier, elle hésite à envoyer la lettre standard impersonnelle de l’agence et commence impulsivement à personnaliser les réponses. Les résultats sont à la fois humoristiques et émouvants, car Joanna, tout en utilisant la voix du grand écrivain, commence à découvrir la sienne.

 

 

 

VTC, de Sebastien Drouin &  Julien Bittner avec Golshifteh Farahani

 

Paraiso, de Fernando González Molina, Ruth García & David Oliva, le 11 novembre.

 

 

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

SUR STARZ

 

Doctor Death, par le créateur de la série Patrick Macmanus avec Joshua Jackson, Alec Baldwin et Christian Slater, en ce moment.

 

 

BMF, en ce moment.

 

The great saison 2, dès le 19 novembre.

 

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

sur Apple TV

 

Dr Brain, de Kim Jee-Woon: Série coréenne ​avec Lee Sun Kyun (Parasite ), dès le 4 novembre.

 

 

Swagger de Kevin Durant et Reggie Rock Bythewood.

Inspiré par les expériences de la superstar de la NBA Kevin Durant.
« Swagger » explore le monde du basket-ball chez les jeunes, et les joueurs, leurs familles et les entraîneurs qui marchent sur la fine ligne entre rêves et ambition, et opportunisme et corruption. En dehors du terrain, la série révèle ce que c’est que de grandir en Amérique…

 

Finch, de Miguel Sapochnik, attendu le 5 novembre, avec Tom Hanks.

 

 

The Shrink next door, inspirée du podcast du même nom de Joe Nocera, et inspirée de faits réels. Le 12 novembre.

 

 

The Tragedy of Lady MacBeth, de Joel Coen, le 25 décembre

 

Les meilleurs films de novembre et vos séries

sur DISNEY+

 

 

 

The Book of Boba Fett, by Dave Filoni et Jon Favreau

 

The Mandalorian season 3, by Jon Favreau

 

Dopesick, de Danny Strong avec Michael Keaton, le 12 novembre.

 

Olaf, le 12 novembre.

 

Hawkeye, le 24 novembre, de Jonathan Igla

 

Encanto de Byron Howard, Jared Bush & Charise Castro Smith. Le 24 novembre

 

 

Parallèles

La série raconte l’histoire de quatre amis – Bilal, Romane, Samuel et Victor. Leurs vies se retrouvent bouleversées lorsqu’un mystérieux événement les sépare et les propulse dans des dimensions parallèles. Ils vont tout mettre en œuvre pour comprendre ce qui s’est passé. Et tenter de revenir en arrière, dans leur monde « d’avant ».

Créée par Quoc Dang Tran (Dix pour cent, Marianne), est co-écrite par Anastasia Heinzl (Au-delà des apparences) . La série est réalisée par Benjamin Rocher et Jean-Baptiste Saurel avec  Thomas Chomel.

 

Partager :

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes ici car vous êtes amoureux du cinéma !
Suivez movieintheair.com pour tout savoir sur l’univers du cinéma et des films que vous aimez