fbpx

Parasite

Vos actualités du cinéma.

Parasite

 

J’ai enfin vu la Palme d’Or. Comme « Une affaire de famille » de Hirokazu Kore-Eda, la Palme d’Or de l’an dernier à Cannes, le film est social et raconte une histoire de voleurs/escrocs.

Mais la comparaison s’arrête là. Le réalisateur d' »Okja » et de « Snowpiercer » s’attaque au sens propre comme au sens figuré (les tâches ont toujours un grand rôle dans ses histoires) aux sujets de son temps : l’alimentation, les bouleversements climatiques et la violence générée par les différences entre les classes sociales, mais d’une autre manière.

Pitch : la famille Ki-Taek vit dans un entresol, non-habitat par excellence où vivent des milliers de gens dans la misère et fabrique des boîtes de pizza. Un jour, leur fils a l’opportunité de travailler pour les Park, une famille très riche. Peu à peu, toute la famille infiltre la maison des riches propriétaires afin de les escroquer mais leur plan ne se déroule pas comme prévu…

Bong Joon-Ho a réussi un mélange unique entre divertissement, film social et violence mais comme dans chacun de ses films, il parvient à y insuffler de la poésie, élément rare au cinéma. La lumière, le cadrage et le jeu des acteurs en font un film quasi-parfait.

Mais la frénésie de violence qui s’empare de ses films rappelle celle de Tarantino, et choque le spectateur en cassant son plaisir -à moins d’aimer la violence- pour faire passer un message.

Ce message passe-t-il ?

Le réalisateur exige de son spectateur une certaine patience et une certaine douleur avant de lui délivrer une fin à la hauteur de son histoire.

De Bong Joon-Ho
Avec Song Kang-ho;Lee Sun-kyun; Cho Yeo-jeong; Jang Hye-jin; Choi Wooshik- Park So-dam

4 Comments

Merci d'avance pour vos commentaires sur cet article. Thank you so much for your comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :