Suivez-moi :
Laila in Haifa

Laila in Haifa et vos news cinéma

Laila in Haifa et vos news cinéma.

Sur le blog bilingue Movieintheair, je fais pour vous une revue de presse tous les mercredis et garde le meilleur de l’actualité audiovisuelle nationale et internationale. Vous trouverez aussi bandes annonces, hommages, critiques de films, de séries, programmes tv et conseils des pros du cinéma.

Au cinéma et à la maison, les films, et les séries

 

NEWS

Le Festival du Film Francophone d’Angoulême consacre le film « Une histoire d’amour et de désir » de Leyla Bouzid. 

 

Le sublime et prometteur film Spencer de Pablo Larrain, écrit par Steven Knight, avec Kristen Stewart et Jack Farthing  sortira, hélas, directement sur Prime Vidéo qui en a acquis les droits.

La musique de ce sublime extrait est une reprise de « Perfect Day » (de Lou Reed) par « Scala & Kolacny Brothers ».

 

 

Le dernier trailer de James Bond, No Time to die, en salle le 6 octobre.

 

 

 

FESTIVALS

  • FESTIVAL SERIES MANIA DU 26 AOUT AU 2 SEPTEMBRE, TOUT SUR LE FESTIVAL ICI

Regardez les séries en accès libre ici: seriesmaniadigital.com

DÉCOUVREZ LE CINÉMA TAIWANAIS ICI

 

 

 

  • DU 3 AU 12 SEPTEMBRE : FESTIVAL DU FILM AMERICAIN DE DEAUVILLE

TOUT SAVOIR ICI

 

 

 

  • La seconde édition de Marseille Series Stories, premier festival de séries adaptées d’oeuvres littéraires se tiendra du 18 au 21 novembre 2021.

 

HOMMAGE

ED ASNER

 

Acteur populaire de la série The Mary Tyler Moore et voix du dessin animé « Là Haut ».

 

 

LEE SCRATCH PERRY

 

Producteur de Bob Marley.

 

 

1

CRITIQUES

 

Laïla in Haïfa, de Amos Gitaï

J’ai eu la chance d’assister à l’avant-première présentée au cinéma Le Balzac en présence du réalisateur Amos Gitaï et d’Antoine De Baecque.

 

Synopsis

Une nuit, dans la zone portuaire qui longe la voie ferrée à Haïfa, ville du nord d’Israël. C’est là, entre le Mont Carmel et la Méditerranée, qu’est installé le Club Fattoush, un lieu qui attire chaque soir tout ce que Haïfa et sa région comptent de noctambules. Dans cette région, le club est un refuge pour tous ceux qui n’ont pas envie de se laisser enfermer dans des stéréotypes, qu’ils soient hommes ou femmes, homos ou hétéros, juifs ou arabes, Palestiniens ou Israéliens. 

Cinq femmes nous font découvrir tout un microcosme humain, entre rencontres et ruptures amoureuses, affirmations et hésitations, engagement et indifférence, vérités et mensonges. 

 

Le club Fattoush

Wadia, le propriétaire palestinien du Club Fattoush, a créé cet endroit comme un acte de résistance contre notre précédente ministre de la culture, qui a fermé le seul théâtre arabe de Haïfa. Il a décidé d’en faire un lieu de rencontres et un refuge pour tous les habitants de Haïfa, quelle que soit leur origine.

Le club Fattoush est resté tel quel avec la galerie qui existe réellement, où c’est une fête permanente.

Amos Gitaï navigue de personnage en personnage, de la galerie où des photographies floues – mais dont on devine la dureté – des Territoires sont exposées (images empruntées à Ziv Koren, grand photographe de presse), au club où les discussions sont parfois couvertes par le  passage du train, métronome de « Laila in Haifa ».

 

« Laila in Haifa », le film

Laila est à la fois le nom de l’héroïne (si on l’on peut dire parce que tous les personnages ont un rôle à peu près égal) et signifie aussi, en hébreu comme en arabe, la nuit, pendant laquelle le film se déroule entièrement.

Gil, (joué par Tsahi Halevi, Naor dans la série  « Fauda ») expose des photographies dans une galerie du club Fattoush. Il sort avec Laila (Maria Zreik, actrice palestinienne) également mariée à Kamal, propriétaire de la galerie (joué par Makram J. Khoury).

De son côté Bahira (Bahira Ablassi) ne veut pas d’enfant, et Khawla (Khwala Ibraheem) refuse de parler hébreu avec Naama (Naama Preis), Laila est mariée mais en aime un autre, Naama, s’ennuie dans son mariage, Gil, le photographe, ne sait pas ce qu’il veut en tant qu’artiste, même lorsqu’on lui propose d’exposer à Los Angeles.   

Robert Musil et son célèbre « L’Homme sans qualité », oeuvre majeure qui décrit la décadence de l’être humain est souvent cité,  et si cela est parfois décousu dans l’enchaînement des dialogues, la force des mots est bien présente.

 

Les actrices et les acteurs

Toutes les actrices et les acteurs ont des origines différentes, chrétiennes, israéliennes, druzes, musulmanes, palestinienne d’origine polonaise.

Makram J. Khoury est considéré comme le plus grand acteur arabe israélien, il a tourné avec Spielberg et sera à l’affiche du prochain Terrence Malick.

Amos Gitaï a déclaré dans une interview: « Lorsque je cherchais l’acteur capable de jouer le rôle du partenaire de Khawla Ibraheem, Tsahi m’a recommandé son ami Hisham Suliman. De son côté, Hisham a recommandé Maria Zreik pour le rôle principal de Laila. Je trouve que cette chaîne d’amitié entre acteurs juifs et arabes est une lumière d’espoir dans une région qui est tellement contaminée par la discrimination et la haine ».

Dans la vie, Tsahi Halevi (Gil) est marié à une journaliste arabe israélienne Lucy Aharish, il parle hébreu, a également des origines arabes. 

 

HAIFA

« Laila in Haifa » ne montre pas la ville comme « Un Tramway à Jérusalem » ne montrait pas Jérusalem. C’est un film apaisé qui montre les contradictions les relations entre les Juifs et les Arabes dans leur quotidien et leur intimité. Haifa est en retrait, ville émouvante, où la paix est possible.

Le train est une sorte de métronome et rappelle l’importance du chemin de fer à Haifa appelée un temps « Haifa la rouge », ville industrielle et prolétaire, ville où l’hébreu fut choisie comme langue officielle d’Israël, et donc distant des religieux qui refusaient l’hébreu considéré comme sacré.

La violence est présente également. Finalement, personne ne s’intéresse vraiment au travail du photographe dans « Laila in Haifa », il y a une négation des photos du conflit. 

 

Amos Gitaï, Un homme « de qualité »

Tourné il y a deux ans, « Laila in Haifa » est toujours d’actualité, en raison du récent résultat des élections en Israël, qui laisse présager un meilleur avenir, et du confinement (le film se situe dans un seul endroit fermé, le Club de Fattoush).

« L’Homme sans qualité » est souvent cité dans « Laila in Haifa ».

Amos Gitaï a souvent improvisé lorsqu’il tournait en ajoutant des extraits de « L’Homme sans qualité » afin de créer une distance avec les personnages.

La traduction hébraïque de « L’Homme sans qualité », serait, selon Amos Gitaï,  meilleure que la traduction française, en raison du temps utilisé en hébreu. En effet, en hébreu, il n’existe que deux temps et cela traduit mieux l’esprit de Robert Musil, alors que le lyrisme européen alourdit la traduction.

 

FAIRE

Comme dans son spectacle « Yitzhak Rabin: Chronique d’un assassinat » ce qui est compte avant tout pour Amos Gitaï dans la vie, c’est de faire. 

Avec quarante ans de carrière cette année, Amos Gitaï continue de faire et de créer. Amos Gitaï travaille constamment, dort quatre heures par nuit et a réalisé ce film en deux semaines et demie.

Comme il l’a déclaré après la projection, il a eu une formation d’architecte (pendant neuf ans, il voulait faire comme son père et a étudié l’architecture en Israël et à Berkeley) et a fait du cinéma en autodidacte. Il aime la beauté dans l’art mais pour lui la beauté réside dans l’imperfection, plus humaine, alors que la perfection a quelque chose d’autoritaire, voire de fasciste. Et dans « Laila in Haifa », comme pour « Yitzhak Rabin: Chronique d’un assassinat » les trois langues utilisées sont l’anglais, l’hébreu et l’arabe.

Ainsi  dans « Laila in Haifa », une Palestinienne qui prône la résistance à l’occupant, ne veut pas parler en hébreu, elle s’exprime en anglais mais soudain bascule malgré elle vers l’hébreu. Le réalisateur aime ainsi jouer avec les principes établis qui ne tiennent plus dès qu’un être humain se l’approprie.

 

Le cinéma et les circuits de distribution

Malgré le monde présent lors de cette avant-première, Amos Gitaï pense que les modes de distribution des films vont changer et qu’il faut se préparer à cette transition vers des nouveaux modes de consommation des films.

 

Amos Gitaï et le Moyen-Orient

Pour Amos Gitaï, le travail de réalisateur consiste à savoir écouter et décider mais toujours par la discussion. Il prône l’école talmudique.
Ainsi, il en est de même pour la paix. Pour que la paix existe, l’autre doit exister et c’est ce qu’avait compris Yitzhak Rabin.

Le Moyen Orient est trop souvent bombardé par le politically correct, par des vues très tranchées, alors que la situation est pleine de contradictions, contrairement aux informations du journal de 20H et aux clichés. 

Dans « Laila in Haifa », il filme la prise de conscience des femmes palestiniennes contre le système autocratique de leur propre société. 

L’angélisme n’existe pas: ni les Palestiniens ni les Israéliens ne sont des anges. Même s’il y a une symétrie dans la douleur, pour Amos Gitaï, celle des Palestiniens est la plus forte.

Amos Gitaï pense qu’il ne faut pas attendre des politiques qu’ils prennent des décisions. «  Laila in Haifa » est un film dans lequel les gens traversent les frontières du point de vue de l’ intime, et l’intimité crée le dialogue. 

Le film est dédié à la mémoire de Gideon Gitaï, réalisateur israélien installé en Finlande depuis 1965 et décédé en 2019. qui a réalisé de nombreux documentaires critiques sur le comportement d’ Israël vis-vis des Palestiniens.

 

AUJOURD’HUI EN SALLE.

 

 

 

The Pembrokeshire murders, écrit et créé par Nick Stevens, et réalisé par Mark Evans

 

Synopsis

En 2006, le commissaire Steve Wilkings (Luke Evans) entreprend de résoudre les meurtres non résolus dans les années 90 de la côte de Pembrokeshire. John Cooper (Keith Allen), incriminé pour le meurtre de deux personnes s’apprête à sortir de prison. Steve Wilkings découvre alors de nouveaux éléments incriminants l’accusé dans d’autres meurtres, ce fait de lui un tueur en série.

Le temps est compté pour que Steve et son équipe trouvent des preuves enfouies depuis plus de six ans.

 

La série

En trois épisodes glaçants de quarante minutes, la série nous emmène au coeur de l’enquête sans jamais montrer aucune violence mais en nous montrant l’implication et la détermination d’un enquêteur qui fait tout son possible pour que la justice soit rendue.

D’ailleurs son code d’honneur est « La plus grande responsabilité pour un être humain est d’enquêter sur les circonstances de la mort d’un autre être humain ».

Le récit des meurtres de Pembrokeshire est adapté du livre écrit par Steve Wilkings et le journaliste Jonathan Hill, « Catching The Bullseye killer », l’histoire vraie de ces crimes qui ont traumatisé toute une région.

La réalisation et le scénario parfaitement ciselés, le casting impeccable (à l’image des chemises de Steve Wilkings) font de « The Pembrokeshire Murders » la meilleure série policière à voir cette semaine.

 

EN CE MOMENT SUR CANAL PLUS

 

 

 

2.

MES CONSEILS  CINÉMA

Les films de la rentrée

 

Toujours en salle

FRAGILE, d’Emma Benestan, avec Yasin Houicha, Oulaya Amamra (César du meilleur espoir féminin pour Divines), Tiphaine Daviot, Raphaël Quenard, Bilel Chegrani, Tassadit Mandi, Diong-Keba Tacu, Guillermo Guiz, Samira Sedira.

Synopsis

Az travaille chez un ostréiculteur à Sète. Il connaît les huîtres par cœur, il les ouvre par centaines. Dans l’une d’elles, Az décide de cacher une bague, pour demander à sa petite amie Jess de l’épouser. Elle ne dit pas oui. Heureusement, sa bande d’amis est prête à tout pour l’aider à se tirer d’affaire.

 

 

LA TERRE DES HOMMES, de Naël Marandin

 

 

Les sorcières d’Akelarre, de Pablo Agüero (4 Goyas)

 

 

 

DÈS AUJOURD’HUI 

 

Ride your wave, de Masaaki Yuasa

 

 

Gogo, de Pascal Plisson.

 

 

Une histoire d’amour et de désir, de Leyla Bouzid, avec Sami Outalbali, Zbeida Belhajamor.

 

 

Shang-Chi et la Légende des Dix Anneauxde Destin Daniel Cretton 

 

 

 

À partir du 8 septembre

 

Boîte noire, de Yann Gozlan

 

 

Respect, de Liesl Tommy

 

 

Supernova, de Harry Macqueen

 

 

La nuit des rois, de Philippe Lacôte 

 

 

 

À partir du 15 septembre

 

Le Genou d’Ahed, de Nadav Lapid

 

 

Dune, de Denis Villeneuve

 

 

Blue Bayou, de Justin Chon

 

 

 

À partir du 22 septembre

 

Notturno, de Gianfranco Rosi

 

 

Stillwater,  de Tom McCarthy

 

 

La Troisième guerre, de Giovanni Aloi

Léo has just finished his classes and for his first assignment, he is sent on a Sentinel mission. Here he is, pacing the streets of the capital, with nothing to do but keep an eye out for a possible threat…

Avec ANTHONY BAJON , KARIM LEKLOU , LEÏLA BEKHTI

 

 

À partir du 29 septembre

 

I am Greta, de Nathan Grossman

 

 

 

LES NOUVELLES SÉRIES

Scenes from a marriage, HBO series, avec Oscar Isaac et Jessica Chastain, de Hagai Levi  (The Affair, Be Tipul-En Thérapie- Our Boys)

Dès le 13 septembre

 

PROCHAINEMENT

The Translator, ou Le Traducteur, de Rana Kazkaz, Anas Khalaf, le 13 octobre.

Synopsis : En 2000, Sami était le traducteur de l’équipe olympique syrienne à Sydney. Un lapsus lors de la traduction le contraint à rester en Australie, où il obtient le statut de réfugié politique. En 2011, la révolution syrienne éclate et le frère de Sami est arrêté pendant une manifestation pacifique. Malgré les dangers il décide de tout risquer et de retourner en Syrie pour aller le libérer.

Avec Ziad Bakri, Yumna Marwan, David Field

 

 

Spider Man No Way Home, de Jon Watts avec Tom Holland dans le rôle de Peter Parker,  Zendaya, Jacob Batalon, Marisa Tomei, Jamie Foxx, Benedict Cumberbatch et Alfred Molina, sortie prévue le 17 décembre.

 

 

3.  

CONSEILS DES PROFESSIONNELS

SCÉNARISTES, RÉALISATRICES, ACTRICES, COMPOSITRICES, AUTEURES…

 

Studies in Voice-Over Narration: “Fight Club”  by Scott Myers 

The Thing With Coincidences in Screenplays… by Scott Myers 

“Give him a dead wife.”. Please, don’t. Don’t slap on a dead… by Scott Myers 

The Theology of Cinema: Despair. This commonly occurs at the end of Act…  by Scott Myers 

Character Archetype “Masks”. Any character can don the “mask” of any… by Scott Myers 

Writing and the Creative Life: Creativity-In-Action  by Scott Myers

4.

VOS PROGRAMMES TV EN SOIRÉE

 

Mercredi- Wednesday

Arte : Les Destinées sentimentales d’Olivier Assayas

Des premières lueurs du XXe siècle aux années 1930, le destin de deux familles de la grande bourgeoisie protestante, liées par l’amour que se portent Pauline (Emmanuelle Béart) et Jean (Charles Berling).

6Ter: Billy Eliiot

 

Jeudi – Thursday

Canal Plus : Shadow Play, série de Måns Mårlind avec Taylor Kitsch (Max McLaughlin), Michael C. Hall (Tom Franklin).

Arte : Petits meurtres entre frères

Au retour d’une soirée alcoolisée, deux frères en voiture fauchent un vieil homme. Pour échapper aux poursuites judiciaires, ils maquillent les traces du drame. En quatre épisodes, une série policière à l’intrigue tentaculaire et à l’humour noir made in Scotland de Robert McKillop.

NRJ 12: La ligne verte 

 

Vendredi – Friday

Arte : Temps de chien, de Edouard Deluc

Capitaine de bateau-mouche picoleur et récemment divorcé, Jean, qui craint de perdre son boulot et la garde de ses enfants, rencontre Victor, jeune musicien en galère. Une comédie sociale touchante et mélancolique au séduisant casting.

France 3 : Goldeneye

Canal Plus : Wonder Woman 1984

 

Samedi – Saturday

Arte: Toutankhamon

LCP: Les neiges du Kilimandjaro

 

Dimanche – Sunday

TF1: Le Grand Bain

France 2 : Jason Bourne

Arte: Chasseur blanc coeur noir, de Clint Eastwood

C8: L’avare

 

Lundi – Monday

Arte: Un Flic de Jean-Pierre Melville

Canal Plus : On the verge

C8: Logan

W9: Piège de Cristal

TMC: Star Wars épisode VIII: Les derniers Jedi

 

Mardi – Tuesday 

C8: Rio Lobo

TFX: La Boum II

Arte: La classe du 11 septembre

 

Mercredi- Wednesday

Canal Plus : No sudden move, de Steven Soderbergh

Arte: Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma

5.

VOS PLATEFORMES

ARTE 

 

FILM

Coeur de tonnerre, de Michael Apted avec Val Kilmer (Ray Levoi), Sam Shepard (Frank Coutelle), Graham Greene (Walter Crow Horse)

Danse avec les loups, de et avec Kevin Costner

MAKALA, de Emmanuel Gras,  Grand Prix de la semaine de la critique au Festival de Cannes en 2017.

 

SÉRIE

Into the West,de Robert Dornhelm, qui retrace la conquête de l’Ouest aux États-Unis de 1825 à 1890, saura vous tenir en haleine.

Suivez, sur plusieurs générations, l’histoire de deux familles : les Wheeler, des charrons blancs et une famille d’Amérindiens de la nation Lakota.

Une série produite par Steven Spielberg et Dreamworks, où fiction et réalité se confondent.

 

DOCUMENTAIRE

Afghanistan

Leonard-bernstein-le-dechirement-d-un-genie

Josephine-baker-premiere-icone-noire

Ernest-hemingway-quatre-mariages-et-un-enterrement

L-aventure-des-manuscrits

 

CONCERT

Nina Simone Live in Montreux

Hommage à Lee Scratch Perry

La Cinémathèque Française

Exposition Dino Risi du 2 septembre au 27 octobre.

 

La Chaîne Parlementaire

LCP vous propose de nombreux bons documentaires: ici

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur NETFLIX

 

 

Worth, de Sara Colangelo , avec Michael Keaton, Stanley Tucci, Amy Ryan, dès le 3 septembre

 

 

La Casa de Papel saison 5, dès le 3 septembre

 

 

Schumacher, prochain film documentaire co-réalisé par Hanns-Bruno Kammertöns, Vanessa Nöcker et Michael Wech, sur le pilote de Formule 1 allemand Michael Schumacher.

Le film sortira le 15 septembre coïncidant avec l’entrée de Schumacher en Formule 1, il y a 30 ans.

 

Sex education saison 3, le 17 septembre.

 

 

The Starling, le 17 septembre, de Theodore Melfi, scénario de Matt Harris.

Avec Melissa McCarthy, Chris O’Dowd, Kevin Kline, Timothy Olyphant, Daveed Diggs, Skyler Gisondo, Laura Harrier et Loretta Devine.

 

 

JAGUAR,  de Ramón Campos avec Blanca Suárez (Las Chicas del Cable) le 22 septembre.

 

 

En octobre

Maid, dès le 1er octobre, inspirée des mémoires de Stephanie Land : Maid: Hard Work, Low Pay, and a Mother’s Will to Survive, créée par Molly Smith Metzler, avec Margaret Qualley, star de The Letfovers, Nick Robins et Andie MacDowell.

 

 

You, saison 3, de Greg Berlanti, dès le 15 octobre.

 

 

The power of the Dog, de Jane Campion, le 1er décembre. Avec Benedict Cumberbatch, Kirsten Dunst, Jesse Plemons et Kodi Smit-McPhee.

 

 

The Hand of God de Paolo Sorrentino, le 15 décembre: le réalisateur raconte le Naples de son enfance, en y mettant en scène Diego Maradona.

 

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur Prime Video

 

 

Cinderella, de Kay Cannon avec Camila Cabello, Idina Menzel, dès le 3 septembre

 

 

Everybody is talking about Jamie, de Jonathan Butterell, dès le 17 septembre

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur SALTO

 

Germinal, dès le 1er septembre.

Série créée par Julien Lilti et réalisée par David Hourrègue. Avec Louis Peres, Guillaume de Tonquédec, Thierry Godard, Alix Poisson, Sami Bouajila (France, 2021, 6 x 52 min).

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur CANAL +

 

Music, le premier film de Sia, avec Kate Hudson et Maddie Ziegler, le 1er septembre.

 

 

 

Shadow Play, série de Måns Mårlind avec Taylor Kitsch (Max McLaughlin), Michael C. Hall (Tom Franklin), dès le 2 septembre.

 

 

On the Verge, de Julie Delpy, dès le 6 septembre. (série)

 

 

L’Opéra, à partir du 7 septembre.

Créée par Cécile Ducrocq, scénariste du “Bureau des légendes” et de “Dix pour cent”, et Benjamin Adam, elle met en scène Raphaël Personnaz dans le rôle du nouveau directeur de la danse de l’institution. Ariane Labed et Suzy Bemba jouent deux danseuses aux profils différents : Zoé, 35 ans, qui va se battre pour garder sa place, et Flora, 19 ans, jeune danseuse noire qui va devoir faire ses preuves pour s’intégrer.

 

No sudden move, de Steven Soderbergh et avec Don Cheadle, Benicio del Toro, David Harbour, Ray Liotta, Jon Hamm, Brendan Fraser, Kieran Culkin, Amy Seimetz & Julia Fox, dès le 8 septembre.

 

 

Et toujours :

Drunk, de Thomas Vinterberg

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

SUR STARZ

 

 

BMF, dès le le 26 septembre

 

 

The great saison 2, dès le 19 novembre

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur Apple TV

 

Stillwater, shorts : mindful munching

 

 

Foundation, créée par David S. Goyer et Josh Friedman, dès le 24 septembre

 

 

The Morning Show, dès le 17 septembre saison 2

 

 

Inside the President’s War Room: documentaire 9/11:  les coulisses de l’évènement du côté de la cellule présidentielle de George W. Bush, dès le 17 septembre

 

 

Les films de la rentrée et les nouvelles séries

sur DISNEY+

 

 

Bienvenue chez Doug, dès le 1er septembre.

 

 

Happier than ever, dès le 3 septembre.

 

 

Y The Last man, série TV de Michael Green et Aida Croal, dès le 22 septembre.

 

 

Only murders in the building, de Steve Martin & John Hoffman avec Selena Gomez, Steve Martin, dès le 31 août.

 

 

Encanto, dès le 24 novembre

 

 

Turning Red (Mars 2022)

 

 

 

Take care !

Abonnez-vous aux newsletters hebdomadaires pour ne rien manquer des nouveautés !

s'évader

[contact-form to= »contact@movieintheair.com » subject= »Abonnez-vous aux newsletters »][contact-field label= »S’abonner à la newsletter c’est ici : Nom – Prénom  » type= »name »][contact-field label= »Adresse E-mail » type= »email »][/contact-form]

 

Partager :

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes ici car vous êtes amoureux du cinéma !
Suivez movieintheair.com pour tout savoir sur l’univers du cinéma et des films que vous aimez