Dolor y Gloria – Pedro Almodóvar

Coup de coeur !

Réalisé par Pedro Almodóvar

Avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz, Julieta Serrano et Leonardo Sbaraglia

 

Enfin un nouveau film de Pedro Almodóvar. Ce réalisateur, lorsqu’on l’aime c’est un peu comme avec Woody Allen, on attend chacun de ses films avec impatience et le public connaisseur de la salle lui est déjà acquis lorsque le film commence.

Le pitch : Salvador Mallo, réalisateur à succès, joué par Antonio Banderas, traverse une période de dépression. En proie à de violentes douleurs physiques, (migraines, très fortes douleurs lombaire), Salvador doit renouer, lors d’un hommage qui lui rendu, avec un acteur avec lequel il s’est fâché il y a trente-cinq ans.
Antonio Banderas, Salvador, qui approche la soixantaine porte le physique de son réalisateur. Il est Pedro Almodóvar . Bien que volontairement vieilli et physiquement diminué, l’acteur reste dramatiquement beau et mériterait la Palme pour ce rôle qu’il joue avec retenue (« le bon acteur est celui qui retient ses larmes ») et justesse tout le long du film.

Inspiré de sa vie, Pedro Almodóvar réalise un film de toute beauté où les thèmes qui lui sont chers, l’enfance, les amours perdus, la création les relations avec sa mère sont abordés dans un style de plus en plus sobre et personnel. Si l’on devait retenir un mot pour ce film, ce serait celui de l’hommage. 

Hommage à sa mère – dont il s’est inspiré pour écrire ses films.

Hommage à la peinture et aux tableaux – d’ailleurs, chaque plan est un tableau- et l’ appartement de Salvador décoré de tableaux de Maîtres est reproduit quasi à l’identique à celui qu’il possède à Madrid.

Hommage à la musique, la sublime voix de Chavela Vargas (que le réalisateur avait fait venir à Madrid pour chanter – Un très beau documentaire réalisé par Catherine Gund et Daresha Kyi intitulé Chavela Vargas, sorti au cinéma en 2017 racontait l’histoire de cette femme moderne, qui assumait son homosexualité et resta libre jusqu’à la fin de sa vie.) Amie proche de Pedro Almodóvar, il lui avait d’ailleurs rendu hommage dans « La flor de mi secreto ». Alberto Iglesias, le compositeur qui l’accompagne depuis ce film et musicien multi-récompensés, a réalisé une musique sublime, intime, avec clarinette et piano. 

Il est toujours émouvant de voir un artiste se mettre à nu. Ce film, sans aucun doute le plus personnel et le plus beau, mériterait la Palme d’Or.

ENGLISH VERSION

A new Almódovar picture. At last ! We expect his movies as we do with Woody Allen’ and the audience already adores him.

The pitch: Salvador Mallo, success director, played by Antonio Banderas is having a depression. Afflicted with violent physical pain (migraine, back pain and tinnitus). For a tribute event to is work, Salvador has to renew contact with an actor he hasn’t spoken with for thirty-five years. 

Antonio Banderas, Salvador, who soon will soon turn sixty, embodies the director physically. He is Pedro Almodóvar. Although intentionally aged looked and physically diminished, the actor remains desperately handsome and deserves the Palme for Best Actor for this role, played with restraint (« The good actor is the one who holds back his tears) and rightfully all along the movie.

Inspired by his life, Pedro Almódovar did a beautiful movie with his dearest theme, childhood, lost loves, creation and relationship with his mother are tackled in an increasingly sober style.

If we should keep a word for this movie, it would be « Tribute »

Tribute to his mother, who inspired him for his movies

Tribute to the painting – each shot is one piece of art- and his apartment is rendered quasi identically  to his own in Madrid.

Tribute to the music, with the music and beautiful voice of Chavela Vargas (Pedro Almodóvar invited her to sing in Madrid – a very good documentary directed by Catherine Gund et Daresha Kyi « Chavela Vargas » released in 2017 was about the life of this modern woman, who was opened about her homosexuality and lived as a free woman till the end of her life) paid tribute to her in « La flor de mi secreto ». Alberto Iglesias, the multiple awarded musician who worked with Pedro Almodóvar for a long time, composed an intimate music with piano and clarinet.

An artist who lays himself bares is always moving. No doubt that his movie, its more personal and the most beautiful he directed, would deserve the Palme d’Or.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close