Suivez-moi :
QUEEN OF GLORY

Queen of Glory de Nana Mensah

Au Champs Élysées Film Festival,  projection de Queen of Glory de Nana Mensah.

 

 

queen of glory

 

 

Synopsis

Sarah, Américaine d’origine ghanéenne, est sur le point d’abandonner son programme de doctorat pour suivre l’homme qu’elle aime. Mais ses projets sont bouleversés à la disparition soudaine de sa mère qui la laisse propriétaire d’une librairie chrétienne dans le Bronx.

 

 

Le film

Premier long métrage de la réalisatrice Nana Bensah, présenté au Champs Élysées Film Festival, cette comédie est mon premier coup de coeur du festival.

D’origine ghanéenne et Ashanti , dont la famille possédait jusqu’à la fin du tournage une librairie chrétienne dans le Bronx, Nana Bensah nous raconte une histoire d’identité.

Sarah, (jouée par Nana Bensah) scientifique amoureuse d’un homme mariée, doit renouer avec les traditions du Ghana à la mort de sa mère.

Elle se retrouve à gérer une librairie, dont le seul employé, Pitt (jouée par Meeko Gattuso)) est un ancien repris de justice engagé par sa mère au grand coeur.

Mais Sarah ne sait pas vraiment qui elle est. Elle se retrouve à vivre dans la maison de sa mère avec son père qu’elle n’a pas vu depuis longtemps puisqu’il vit au Ghana. Leurs rapports sont tendus. Elle trouve refuge chez ses voisins, ou plutôt ses voisines, où vit une ancienne amie de la fac au sein d’une famille d’origine russe. Cette famille  symbolise la joie et l’amour qu’elle n’a pas reçus, élevée seule, déracinée. Pour combler ce manque, Sarah se défoule sur la nourriture.

Sa coiffure symbolise le lien retrouvé avec ses racines.

 

Une histoire d’identité

L’alternance d’images d’archives en noir et blanc des années 60, la musique magnifique et la photographie nous emmènent dans cette histoire originale, douce où rien n’est forcé.

Il n’était pas question pour la réalisatrice de porter une histoire d’oppression à l’écran mais bien de raconter une histoire d’identité, une histoire de femme, de tradition et de modernité à New York.

Son cousin, producteur du film, a aimé cette vision de Nana. La réalisatrice réinvente le  cinéma indépendant à New York où il n’y a aucune scène de violence.

Nana Mensah a une formation théâtrale dont elle s’est servie pour réaliser. Elle a également joué dans la série The Chair, aux côtés de Sandra Oh,  Bonding sur Netflix, New Amsterdam sur NBC.

 Espérons qu’il trouvera un distributeur en France.

 

Avec Nana Mensah, Meeko Gattuso, Oberon K. A. Adjepong, Adam Leon.

 

Partager :

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes ici car vous êtes amoureux du cinéma !
Suivez movieintheair.com pour tout savoir sur l’univers du cinéma et des films que vous aimez