Loader
Tenet de Christopher Nolan

Tenet. Christopher Nolan est-il le maître du temps ?

Tenet. Son nom sonne comme un coup de fouet. Et une injonction: retourner au cinéma. Ce titre a fait couler tant d’encre virtuelle ces derniers mois qu’on ne l’attendait plus. Reporté trois fois, le film événement sort enfin sur nos écrans cette semaine.

Tenet est le blockbuster censé faire revenir les spectateurs en salles désertées cet été et renflouer l’industrie du cinéma mise à mal par la Covid. De nombreuses avant-premières ont été organisées et j’ai assisté à sa projection à l’UGC Normandie dans une salle quasi pleine.

Alors, Tenet de Christopher Nolan tient-il ses promesses ? Que faut-il en penser ? Christopher Nolan a t-il réussi son pari ?

 

Tenet

Tenet

 

Christopher Nolan est, avec Denis Villeneuve, James Cameron, James Gray, Alfonso Cuaron, le réalisateur qui fait vibrer les passionnés de science-fiction. Ses histoires mêlent distorsion temporelle et intrigues compliquées.

Même pour le lancement de son film, le temps s’en est mêlé, entre réécriture du scénario et pandémie, décalant la sortie de son film en salle, comme un clin d’oeil à son oeuvre cinématographique.

Tenet, le pitch

 

Un agent de la CIA censé être mort, nommé le protagoniste, et joué par John-David Washington (le fils de Denzel Washington, et l’acteur charismatique de Blackkklansman de Spike Lee) , tente de sauver le monde d’une troisième guerre mondiale déclenchée par une inversion temporelle.

Christopher Nolan, le maître du temps ?

 

L’écriture du scénario a pris cinq ans.

Depuis les géniaux Mémento, Insomnia, la série des Batman, Inception (avec un bémol), Interstellar, et surtout Dunkerque, le réalisateur n’avait pas déçu et j’attendais une histoire forte.

Hélas, à moins d’avoir un master en physique quantique, le spectateur est largué rapidement. Il faudrait parfois mettre sur pause entre deux dialogues ou peut-être aller revoir le film ? Parfois l’on pense, une explication plus simple va tout élucider. Mais les scènes d’action impressionnantes s’enchaînent et l’on a un sentiment de confusion. Si le film est dense, il l’est sur le plan de la théorie scientifique…

Le début du film et une partie de l’intrigue, dont deux personnages phares, Kat, joué par Elisabeth Debicki et Sator par Kennegh Branagh rappellent les James Bond, mais sans le glamour. À cela s’ajoute une intrigue complexe qui génère au bout d’un moment une forme de frustration.

La partie la plus impressionnante de Tenet réside dans le son, toujours aussi fort, présent et d’une qualité inégalée dans les films de Christopher Nolan et, bien évidemment,  les effets spéciaux. Deux cent cinquante millions de dollars de budget pour un film ce n’est pas mal. Le montage du film (inversion temporelle oblige) et les scènes d’action sont stupéfiants.

Du grand spectacle …

 

Tenet est un film froid. Il ne vaut que pour ses effets spéciaux et nous apportent énormément de sensations fortes, ce qui est tout à fait différent de l’émotion.

A contrario, l’histoire de Joseph Cooper et de sa fille Murphy (Matthew McConaughey et Jessica Chastain) dans Interstellar  , toujours sur la thématique du temps, donnaient quelque chose de profondément beau et fort à l’écran.

Malgré l’excellente prestation des acteurs, Robert Pattinson, magistral, éclipse souvent John David Washington (« le protagoniste », dit-il, clin d’oeil aux scénaristes), et une brève explication du pourquoi de l’intrigue qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, je suis restée sur ma faim.
Les personnages ne sont pas spécialement attachants et l’humanité ne l’est pas non plus…L’émotion pointe son nez à la fin du film et l’on prend brutalement conscience de ce manque que le réalisateur aurait pu combler, s’il l’avait voulu.

Christopher Nolan, un maître du temps

Malgré ses défauts, le film est à voir. Christopher Nolan est l’un des plus grands réalisateurs de notre époque et Tenet s’inscrit bien dans la logique de son oeuvre, entre vérité historique (le très réussit Dunkerque) et vision d’un avenir plutôt sombre. Après tout si les réalisateurs ne jouent pas avec le temps, qui le fera ?

À noter, le réalisateur Christopher Nolan rend deux hommages à deux films,  Casablanca de Michael Curtiz et Les  400 Coups de François Truffaut, je vous laisse deviner à quels moments…

 

Écrit et réalisé par Christopher Nolan

Avec John David Washington , Robert Pattinson , Elizabeth Debicki, Michael Caine , Kenneth Branagh

 

1 Comment
  • Dominique Lopet
    Posted at 09:08h, 25 août Répondre

    Excellente critique !

Post A Comment

%d blogueurs aiment cette page :