Loader
M -  El Reino- Gloria Bell

M – Gloria Bell – El Reino – Affronter nos peurs….

M –  El Reino- Gloria Bell –…..Votre actualité cinéma de la semaine.

M –  El Reino-

Gloria Bell

Affronter nos peurs

M

Yolande Zauberman

 

Présidente du Jury de « l’Oeil d’Or » au Festival de Cannes pour le documentaire cette année, Yolande Zauberman, la réalisatrice de « Would you have sex with an Arab ? » en 2012,  a réalisé avec M un film extraordinaire où l’intime rejoint l’universel.

M -  El Reino- Gloria Bell

Depuis quinze ans, la réalisatrice suivait Menahem, acteur découvert dans Kedma de Amos Gitaï.

Elle a décidé lorsqu’il eut trente-cinq ans qu’il était temps de tourner. Le titre du documentaire M fait référence à M le Maudit de Fritz Lang . Et il est d’autant plus incroyable que le patronyme de Menahem est Lang.

Menahem Lang, le chanteur à la voix d’or, « the porn child » a subi lorsqu’il était enfant des viols à plusieurs reprises par des rabbins ultra-orthodoxes de la communauté de Bnei Brak au nord de Tel-Aviv.

Menahem retourne voir ses amis d’enfance et sa famille qui l’ont renié. Il confronte les coupables impunis à sa colère et sa douleur. Et nous sommes en totale immersion dans son chagrin.

Les enfants violés deviennent parfois des adultes violeurs et la peur de devenir violeur est forte chez les victimes. La réalisatrice la compare à une personne mordue par un vampire condamnée à mordre.

Comment vivre sa sexualité après un tel traumatisme ? Menahem se cherche, entre femmes, hommes et transgenres. Chaque victime a des difficultés pour construire sa propre identité et  vivent un cercle vicieux de perte de repères.

Une femme parmi les hommes

Femme au milieu d’hommes, Yolande Zauberman a réussi l’exploit de tourner sans être importuner dans ce milieu quasi-exclusif d’hommes.

La réalisatrice a filmé de nuit, en hébreu et anglais, et en yiddish la plupart du temps. Le yiddish donne un  supplément d’âme et de tristesse à son film, cette langue ayant quasiment disparu avec son peuple pendant la Shoah.

À voir également, un excellent documentaire sur Netflix , One of us, par Heidi Ewing et Rachel Grady. Trois anciens Hassidim à Brooklyn témoignent de leur lutte pour quitter le milieu ultra-orthodoxes suite à des violences ou des abus sexuels.

Pendant le Festival du Cinéma Israélien de Paris, j’ai découvert la série Autonomies , dystopie réalisée par Ori Elon et Yehonatan Indursky. Israël est coupé en deux. Une moitié est laïque. Elle a comme capitale Tel-Aviv, l’autre est religieuse, avec pour capitale Jérusalem.

 

Yolande Zauberman cite Frantz Kafka

« Je suis parmi les miens avec un couteau pour vous agresser,

je suis parmi les miens avec un couteau pour vous aimer »

 

 

M -  El Reino- Gloria Bell

EL REINO

Le pitch : Manuel López-Vidal est inculpé pour corruption au sein de son parti…

Filmé à deux-cent à l’heure, sur fond de musique électro -composée par un français installé en Espagne, Olivier Arson et récompensé lui aussi aux Goya–  El Reino montre la lutte effrénée d’un homme corrompu pour se sortir d’une situation dans lequel il est piégé et tombe inexorablement.

Parfaitement ficelé, Rodriguo Sorogoyen nous entraîne dans le même tourbillon que son personnage.

Manuel López-Vidal joué par Antonio de la Torre a reçu le Goya du Meilleur Acteur pour ce film.

Nous sommes complètement happés par ce polar politique où la peur et l’orgueil motivent le héros dans une course folle contre ses ennemis.

Ce film est à voir absolument.

GLORIA BELL

M -  El Reino- Gloria Bell

 

Dans un tout autre registre, Sebastian Lelio a tourné avec Julianne Moore et John Turturro le remake de son propre film Gloria en 2013.

J’avoue une préférence pour celui-ci.

LE PITCH
La cinquantaine, Gloria aime danser, s’assume et a une vie remplie mais solitaire. Un soir, elle croise Arnold, un homme timide, récemment séparé. Elle qui était résolument indépendante tombe amoureuse…

Le réalisateur dédie ce film à son actrice, brillante et resplendissante. Il aborde les difficultés pour les femmes divorcées de trouver un compagnon, à bien gagner leur vie et avoir une vie épanouissante. Elles affrontent leur peur de la solitude et de l’engagement. Leurs mères,  âgées, mais encore en forme, les accompagnent et sont souvent leur seul soutien.

La lumière, la musique du film – reprise par Sheila en 1982– et l’interprétation des deux acteurs en font un joli film.

4 Comments

Post A Comment

%d blogueurs aiment cette page :