Loader
Burning Chang Dong Lee

Burning- Chang Dong Lee

Burning, Chang Dong Lee

Huit ans après le Prix du scénario décerné à Cannes pour « Poetry », le cinéaste sud-coréen Chang Dong LEE a réalisé « Burning »,  adapté de la nouvelle « Les granges brûlées « de Murakami, écrite en 1983, et extraite du recueil « L’éléphant s’évapore », inspirée de « L’incendiaire », de William Faulkner.

 

Burning

Chang-Dong LEE

La grande faim

Le pitch

Jongsu, jeune coursier, rêve de devenir écrivain, et tombe par hasard sur Haemi. Elle le reconnaît immédiatement et se souvient de leur enfance à la campagne. Haemi est douce, s’endort n’importe où, à n’importe quelle heure, comme une enfant et Jongsu tombe amoureux d’elle. Elle a un chat qu’il ne voit jamais et lui demande de le nourrir pendant son voyage initiatique dans le désert du Kalahari.

À son retour, Haemi lui présente Ben, rencontré à Nairobi, jeune comme eux, mais très riche. Ben possède une Porsche, un grand appartement dans le quartier riche de Gangnam. Haemi s’installe chez lui et Jongsu, invité, découvre le luxe. Ben explique simplement qu’il gagne sa vie « en  s’amusant » . Haemi, elle, danse « The great hunger », la quête du sens de la vie, appelée ainsi par les Bushmen qui la différencient de la petite faim, la faim de nourriture.

Entre temps, Jongsu écrit et travaille à la campagne, près de Paju où ne subsistent que les serres en plastique, quelques vieux agriculteurs et les voix de la propagande nord-coréenne hurlées jour et nuit dans les montagnes. Il assiste au procès de son père, et dont la colère a ruiné la vie de Jongsu, abandonné enfant par sa mère.

Un soir, Ben et Haemi lui rendent visite. Ben se vante de brûler des serres en plastique parce qu’il s’ennuie et confesse son envie d’en brûler une autre, bientôt. Une course au sens propre du terme s’ensuit pour Jongsu, qui court tous les jours dans la campagne, obsédé par la protection des serres laissées à l’abandon. Mais Haemi disparaît. Et Ben est déjà avec une autre femme. Jongsu commence alors son enquête, quête qui lui révèlera sa propre identité.

 

L’errance

 

Les trois acteurs principaux , extraordinaires dans leur interprétation, incarnent l’errance, l’ennui, l’abandon et le vide existentiel d’une génération désespérée qui se cherche, des jeunes femmes endettées qui ne savent plus quelle apparence choisir « (ne pas être maquillée ou être trop maquillée, ça ne va jamais » dit une femme dans la rue), l’abandon des campagnes, la politique et enfin la colère.

Le film est imprégné d’une musique sublime composée par Mowg, où dominent les percussions, l’électro et le jazz (dont le sublime morceau « Ascenseur pour l’échafaud », de Miles Davis).

Ah In Yoo, Jongsu,  a joué entre autres dans Veteran, Sado et Touch as Iron.  Haemi est jouée par Jong Seo Jun.

Burning  est son premier film. Les fans de série reconnaîtront Ben, joué Steven Yeun, le fameux Glen Rhee de la série  The Walking Dead , et K dans Okja , réalisé par  Bong Joon-Ho.

La lumière de chaque plan réalisée par Alex Hong Kyung-Pyo renforce l’ambiguïté de l’histoire.

Chang-Dong LEE réalise un chef d’oeuvre, celui de filmer le réel et l’irréel d’être humains confrontés à ce qu’ils ont de plus cher, leur âme.

 

BANDE ANNONCE – TRAILER

Distribution :

Réalisation : LEE Chang-dong

Scénario : OH Jung-mi et LEE Chang-dong

Une production Pinehouse Film et Nowfilm

Producteur délégué : LEE Joon-dong, LEE Chang-dong

Producteur exécutif : LEE Joon-dong

Coproduction : NHK

Directeur de production : KIM Hyun-mi

1er assistant réalisateur : HA Jung-su

Image : HONG Kyung-pyo

Son : LEE Seung-chul

Montage : KIM Hyun, KIM Da-won

Musique : Mowg

Costumes : YI Chung-yeon (Style7)

Décors : SHIN Jeom-hui

2 Comments

Post A Comment

%d blogueurs aiment cette page :