Loader
 Little Tickles 

Les chatouilles

Les chatouilles.
J’ai mis longtemps à écrire cette critique. J’étais partagée entre le fait de dire la vérité ou l’éviter. Ce film réalisé par Andrea Bescond et Éric Métayer m’a marquée à double titre. En tant que spectatrice et en tant que victime. Voilà, c’est dit.

Une histoire vraie

La pédophilie, trop peu montrée au cinéma

 


Peu de films dénoncent la pédophilie de la façon dont l’a fait Les chatouilles. Et le rôle d’Odette joué par la petite fille, Cyrille Mairesse, l’a forcément marquée. 

Le titre est très bien trouvé. Il montre jusqu’à quel point le fait de toucher un enfant peut être relativisé par un pédophile et par un adulte de son entourage.

Les chatouilles est un film fort. La mise en scène oscille entre théâtre, danse et récit cinématographique. Les acteurs jouent leur rôle à la perfection et Karin Viard, dans le rôle de la mère, est impressionnante.

Andréa Bescond nous transmet son histoire, catharsis pour les spectateurs. Il me restera longtemps en tête cette image de la femme adulte qui console la petite fille qu’elle a été.  

 

La loi

Viol

Le viol est défini par le Code pénal (article 222-23) comme tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. C’est un crime passible de la cour d’assises. On distingue le viol des autres agressions sexuelles à travers l’existence d’un acte de pénétration qui peut être vaginale, anale ou buccale.

Cet acte peut être réalisé aussi bien avec une partie du corps (sexe, doigt…) qu’avec un objet. La peine encourue par l’auteur d’un viol est de 15 ans de prison. Cette durée est portée à 20 ans dans certaines circonstances, notamment lorsqu’il est commis sur un mineur de quinze ans ou par le conjoint ou le concubin de la victime ou le partenaire lié à la victime par un PACS. Le viol est puni de 30 ans de réclusion criminelle lorsqu’il a entrainé la mort de la victime.

Pédophilie

En droit français, le terme de « pédophilie » n’apparaît pas dans les codes ni règlements du droit et de la justice : les termes utilisés pour décrire l’infraction de relation sexuelle entre un majeur et un enfant sont « atteinte sexuelle sur mineur », « agression sexuelle » ou « viol ».

Elle: Interview de Andrea Bescond

La législation

 

 

 

 

No Comments

Post A Comment

%d blogueurs aiment cette page :