Mon Michaël …Hommage à Amos Oz

Le réalisateur Dan Wolman et son actrice Efrat Lavie étaient présents à la projection de ce film sorti après la guerre du Kippour en 1975.
Adaptation du roman éponyme d’Amos Oz, « Mon Michaël » raconte l’histoire d’une jeune femme qui s’ennuie dans son mariage dans le Jérusalem des années 50. La musique souligne les moments de banalité de la vie quotidienne du couple et accentue les fantasmes sexuels de la jeune femme, obsédée par deux amis d’enfance arabes. Le tout baigne dans une atmosphère de silence, de folie et des non-dits de l’après Shoah, dans une Jérusalem marquée par la guerre récente.
Le sujet est universel :  l’ennui de la femme dans un couple où le mari, plongé dans son travail, vit à côté d’elle et « ils ne sont pas un mais deux  » dit son personnage. Nous pénétrons progressivement dans son ennui et sa routine au point d’en vivre les moments oppressants…Les scènes de nus choquèrent le public de l’époque. 
Dan Wolman a fait passer 250 auditions avant de trouver la bonne « Hannah ». 
Amos Oz a déclaré de l’actrice Efrat Lavie  » elle est Hannah ». Après avoir vu « Mon Michaël » Amos Oz a déclaré au réalisateur … »Merci de m’avoir fait passer du monde des mots au monde des images sans douleur ».
Actuellement, Dan Wolman, qui ne s’arrête jamais, cherche à des financements pour tourner une pièce de théâtre « She wasn’t there » qu’il a écrite en 1983 en collaboration avec Blanka Metzner et qui raconte l’histoire vraie de Blanka Metzner, survivante de la Shoah.
Hélène Schoumann, la directrice du Festival du cinéma Israélien de Paris, a déclaré avoir voulu rendre hommage à Amos Oz à qui elle avait promis de l’inviter à voir l’adaptation de son plus grand roman  « Une histoire d’amour et de ténèbres ». Elle l’a fait, la gorge nouée.

Amos Oz

The Director Dan Wolman and his actress were in the movie theater to the viewing of this film release after the Yom Kippur war in 1975.
Adaptation of the eponymous novel by Amos Oz, « My Michael » tackles the boredom of a wife in the Jerusalem of the late 50s. The music highlights the ordinary moments of her daily life and strengthens her sexual fantasy, obsessed with two Arabic friends of her childhood. The film is touched with  silence, madness and all the unsaid after the Shoah, in a Jerusalem marked by history and a latest war.
The subject is universal : the boredom of a woman whose husband is more preoccupied by his work than her, where « they are two instead of being one », thinks her character. We are progressively contaminated by this boredom and her routine, and it becomes oppressive. The nude scenes chocked the audience at that time.
Dan Wolman cast 250 actresses before finding the right « Hannah ».
Amos Oz said of Efrat Lavie: « She is Hannah » and declared to the director  » thank you for having me travel from the world of the words to the world of the pictures without pain ».
Now, Dan Wolman, who seems never stop working, is seeking funds to shoot an adaptation of his play called « She wasn’t there » written in 1983 with Blanka Metzner, which tells her story,  surviving the Shoah.
Hélène Schoumann, the director of the Festival du cinéma Israélien de Paris declared that she wanted to pay tribute to Amos Oz, whom she promised to invite for the screening of his greatest novel « A tale of love and darkness » and who died before. Tribute was done, a lump in her throat.

Catégories Drama

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close