They don’t care about us ft Terence Blanchard, Spike Lee and Michael Jackson – BlacKkKlansman

P1050021


     Je me souviens de cette soirée, à Cannes, où j’ai tant attendu la projection de « BlacKkKlansman », le film de Spike Lee, le seul que je voulais voir absolument. Et j’ai été heureuse qu’il obtienne le Grand Prix du Jury car il était à mon sens, malgré tous les sujets abordés pendant le festival, le film le plus fort. Les étudiants américains assis à côté de moi pleuraient. Moi aussi. 

    Le 13 novembre dernier, Terence Blanchard donnait un concert au New Morning pour son dernier album « Live ». J’ai eu la chance de le rencontrer et je l’écoute depuis sa première collaboration avec Spike Lee dans « Mo Better Blues » en 1990 (dans lequel joue le beau Denzel Washington). Une fois de plus, il a brillamment composé la musique de son dernier film, « BlacKkKlansman »  et joue avec un groupe de musiciens dont il est très proche. Avec Charles Altura à la guitare, Fabian Almazan au piano et au synthé, David Ginyard à la basse, Oscar Seaton à la batterie, il crée sur son dernier album « Live » un son différent, où fusion, groove, funk, Rythm and Blues nous emmènent loin.
    Trompettiste de jazz, Terence Blanchard a commencé en 1980 dans le célèbre Lionel Hampton Orchestra puis a intégré l’orchestre des Jazz Messengers, sous la direction d’Art Blakey. Il a composé plus de cinquante bandes originales de films et le 15 juin 2013, il donnait naissance à son premier opéra jazz intitulé Champion, joué à l’Opera Theatre de Saint Louis. Le livret, signé par le lauréat du prix Pulitzer Michael Cristofer, raconte la vie du boxer Emile Griffith.
    Adapté du livre écrit par Ron Stallworth* lui-même, « BlacKkKlansman » raconte son histoire. Il fut le premier policier et inspecteur afro-américain au sein de la police de Colorado Springs et a infiltré  le Ku Klux Klan en 1979. Pour réussir complètement sa couverture, Ron a travaillé  avec un certain « Chuck » , (dont le nom ne fut jamais révélé) et remplacé dans le film par un juif du nom de Flip Zimmerman. Ron (John David Washington) et Flip (Adam Driver) forment un duo parfait à la Starsky et Hutch, rebelles au sein de leur commissariat. 
     Spike Lee signe son meilleur film. Il est drôle, engagé, émouvant. La photographie de Chasye Irvin et les mouvements de caméra rappellent les codes esthétiques des films de la Blackxploitation. 
   Dans son film, Spike Lee associe ces deux minorités, persécutées par le KKK et les suprématistes blancs aux États-Unis. Outre les crimes perpétrés continuellement par les policiers d’extrême-droite et suprématies blancs sur les Afro-Américains aux États-Unis, le récent attentat antisémite commis à Pittsburgh par un membre de l’extrême-droite et suprématiste blanc, le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis, fait paraître le film tristement visionnaire. Et flippant.
     Enfin, Spike Lee est un fan de Michael Jackson. Il a réalisé le clip « They Don’t Care About Us », le titre le plus engagé de la carrière de Michael Jackson. (1995). Cette vidéo, censurée par de nombreuses chaînes de télévision à sa sortie, a eu un écho très fort après les évènements de Charlottesville. 
Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer cette vidéo et ces deux images prises pendant ma visite de l’exposition (à voir absolument) sur Michael Jackson au Grand Palais. 

 

 

 

                             David Lachapelle                                             Dawn Mellor                   

      I still remember that evening in Cannes when I waited for the film projection of «BlacKkKlansman ». We were in line for the new Spike Lee movie, the only one I really wanted to see.  And I was thrilled when he won the Grand Prix of the Jury of the Festival because, it was, despite all the subjects tackled during the Festival, the strongest one. The American students sat next to me cried. Me too.

       Last Nov 13th, Terence Blanchard was performing at the New Morning for his new album « Live », whom I am a huge fan since his first collaboration with Spike Lee in « Mo’Better Blues » in 1990. (with the handsome Denzel Washington)…and I had the chance to meet him. Once more, he successfully composed the music of his last movie,   « BlacKkKlansman »  and plays with a band of close great friends musicians. With Charles Altura on guitar, Fabian Almazan on piano and synthesizers, David Ginyard on bass and Oscar Seaton on drums, he creates on his new album « Live » a special sound mixed of fusion, groove, funk, R&B and blues.. and takes us away.
   Jazz trumpeter, composer and music educator, Terence Blanchard started his career in 1980 as a member of the Lionel Hampton Orchestra, and then Art Blakey and the Jazz Messengers. On June 15, 2013, at the Opera Theatre of Saint Louis, he premiered his first opera, Champion, about the life of prize fighting boxer Emile Griffith from St. Thomas, with a libretto by Pulitzer Prize-winning Michael Cristofer.

     Adapted from the book* written by Ron Stallworth himself, the movie is about his life, as an undercover inspector, who infiltrated the KKK in the late 70s, and as a first Afro American officer and detective within the police department of Colorado Springs. To achieve his cover during his undercover mission, he worked with a guy he called « Chuck » in his book (his real names has never been revealed to the public). In the movie, « Chuck » is a white Jew called Flip Zimmerman, played by Adam Driver. Ron (John David Washington) and Flip (Adam Driver) form a kind of Starsky and Hutch pair, but braver and rebels within their police station.
    Spike Lee did his best movie. It is funny, committed and moving. With a beautiful photography created by Chasye Irvin and by the way it is filmed, it uses the references of the Blackxploitation.
    Spike Lee chose these two minorities who are both persecuted by the KKK and the suprematists. These very facts that crimes are often committed on Afro-American by the far right & suprematist police officers in the United States, and the recent antisemite attack in Pittsburgh, deadliest attack ever done in the Jewish community in the USA , by a white member of the far right and a suprematist, show that Spike Lee made a visionary movie. And scary too. 

       Spike Lee is a also big fan of Michael Jackson. He directed the video of his song « They Don’t Care About Us », the most committed song in Michael Jackson carrier (1995). This video, censored by many tv channels when it came out, had a strong echo after the Charlottesville events. And he also did a documentary on his life.
To end, I can’t help showing you the video and the pictures (see above) I took at the Michael Jackson exhibition (that of course, everyone should see).

*"Black Klansman. A Memoir" by Ron Stallworth, Police and Fire Publishing, Spartanburg (Caroline du Sud), 16-1-2014, (ISBN 9781936986316)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close